L'histoire du taxi

taxi de 1954 Peugeot 203

Depuis toujours, l'homme a cherché à se déplacer d'un lieu à un autre en limitant ses efforts et à aller toujours plus loin.

 

Cela a commencé avec la chaise à porteur, rapidement remplacée par la voiture à cheval. Et dès le 17ème siècle, avec les fiacres, apparaît le premier service de déplacement public. Et c'est Louis XIV qui règlemente le premier cette nouvelle profession. Les tarifs sont alors établis en fonction de la durée du déplacement, et seront identiques pour la capitale comme pour la province. L'essor de ce service est fulgurant, et au 18ème siècle, les fiacres sont si nombreux, qu'ils deviennent dangereux dans la capitale, obligeant louis XVI a accorder l'exploitation exclusive des fiacres de Paris à Nicolas Perreau, afin de limiter les accidents et les abus.

Mais cela ne dura qu'un temps et l'exploitation des fiacres redevient accessible à tous, avec, cependant l'attribution d'une autorisation préalable.

Au 19ème siècle, une société en commandite développe un service de diligences et accroît le nombre de fiacres, obtenant simultanément le monopole du stationnement dans Paris pour une durée de 50 ans.

Dix ans plus tard, le déplacement en fiacre devenant périlleux, suite aux travaux d'Haussmann au sein de la capitale, et les tarifs n'ayant pas augmenté malgré l'allongement du temps des courses, Napoléon III décide de les augmenter de 30%, puis, rétablit la libre concurrence dans la profession.

L'engouement pour cette profession est telle qu'il va falloir pour la réguler, créer un diplôme de conducteur pour tous les nouveaux cochers, et vont apparaître les premiers compteurs kilométriques.

1897 voit la mise en service d'un fiacre électrique à l'essai, mais sa rentabilité étant trop faible, il sera abandonné en 1902.

Fiacre premier taxi

A la fin du 19ème siècle, apparaissent les premières voitures de louage à moteur, dont les conducteurs appelés "automédons" discutent le prix des courses avec le client.

Le début du 20ème siècle voit alors apparaitre le "taxa-mètre", mécanisme qui établit le prix de la course en fonction du temps et de la distance parcourue. Rapidement, "taxa-mètre" devient "taxi-mètre" et le nom donné aux véhicules "taximètre automobiles", puis TAXI.

Ce 20ème siècle va voir de nombreuses évolutions concernant ces taxis.

1914, avec la réquisition de 600 taxis pour transporter les soldats au front. Ces véhicules sont entrés dans l'histoire sous le nom des "taxis de la Marne"

 

Les taxis de la Marne

Après la "grande guerre" de 1914/1918, le marché est en crise et la profession met en place les premiers syndicats de taxis. Le nombre de taxis chute jusqu'en 1936, où le travail devient règlementé et fixé à 10h par jour. Un an plus tard, ce temps de travail est fixé dorénavant, à 11h par jour pour les conducteurs propriétaires, c'est alors qu'apparaît l'horodateur, ainsi qu'un service de contrôle de police parisien: "les Boers"

En 1938, les syndicats de taxis parisiens et de province se regroupent pour former la Fédération Nationale des Artisans du Taxi et obtiennent une subvention sur l'essence.

Avec la seconde guerre mondiale, la crise de l'énergie fait quasiment disparaître les taxis. Les quelques véhicules restants en service devant rouler au gazogène.

Après la guerre, l'activité des taxis reprend et la FNAT s'engage dans la résolution de la règlementation et de l'approvisionnement. Les conducteurs de taxi obtiennent alors le statut d'artisans.

C'est en 1953 que l'enseigne lumineuse "TAXI" voit le jour sur le toit des véhicules.

 

taxi chevrolet caprice classic sedan

Puis, deux autres Fédérations de taxis sont créées: la Fédération Française des Taxis de Province et la Fédération Nationale des Taxis Indépendants.

Et c'est en 1997 que les taxis sont reconnus comme pouvant transporter des malades assis.

Sources: www.Taxis-de-France.com

Écrire commentaire

Commentaires: 0